Le carnet d'Olivier Deck

Bienvenue sur mon carnet de notes sur la vie poétique.

Méditation. #091020

Au long du paysage, je marche, je disparais lentement, je m’incorpore à la nature. Le déclenchement de l’appareil photo viendra de lui-même, quand je ne ferai plus qu’un avec ce qui est là. Cela ne s’obtient pas sur commande. Parfois je peux pas atteindre cet état, ce point d’équilibre sensible qui permet de photographier. La résonance, le dialogue, l'échange, l'attirance mutuelle avec le motif ne s'établissent pas. Photographier comme on écrit un poème n'a rien de l'acte prédateur. Je ne suis même pas certain que la volonté intervienne, si ce n'est celle d'essayer de photographier. Hors de la décision de sortir avec mon Leica, j'abandonne du mieux possible toute intention, toute volonté, pour répondre à ce qui appelle. Je ne saisis rien quand je photographie. J'écoute, je regarde, je respire. Je médite. L’image retranscrira peut-être le sentiment d’une situation qui concerne un homme, un temps, et un lieu. Un temps éclaté entre présent, passé et avenir. Un homme seul confondu avec son intuition. Un lieu qui est le miroitement de la vie intérieure. Le réel n’est rien sans sa part cachée. Son revers que seul la rêverie atteint.

à suivre...