Nulle part

 

Pas un seul coin de l’univers
assez distant de cette Terre
pas de comète à chevaucher
pour partir assez loin d’ici
pas une étoile pour refuge
pas une planète perdue
nulle part assez loin de toi
nulle part assez loin de nous.

Il n’y a pas un seul matin
sans ton regard, sans ton parfum
pas une table, pas un repas
sans ton sourire et sans ta voix

Il n’y a pas un seul chemin
sans que ma main cherche ta main
pas un arbre, pas un verger
où nous ne soyons allongés

Pas un seul coin de l’univers
assez distant de cette Terre
pas de comète à chevaucher
pour partir assez loin d’ici
pas une étoile pour refuge
pas une planète perdue
nulle part assez loin de toi
nulle part assez loin de nous.

Il n’y a pas une seule nuit
dont tu ne troubles le sommeil
pas une terrasse en été
qui échappe à ton plein soleil

Il n’y a pas une rivière
sans les courbes nues de ton corps
pas de champ, de prairie en fleurs
où tu ne cueilles tes bouquets

Pas un seul coin de l’univers
assez distant de cette Terre
pas de comète à chevaucher
pour partir assez loin d’ici
pas une étoile pour refuge
pas une planète perdue
nulle part assez loin de toi
nulle part assez loin de nous.

Il n’y a pas une caverne
assez profonde, assez secrète
où ne brillerait ta lumière
où ne résonnerait ton rire

Il n’y a pas un lendemain
qui résisterait à l’absence
de ton souffle sur l’avenir
pas un futur sans ta présence.

Pas un seul coin de l’univers
assez distant de cette Terre
pas de comète à chevaucher
pour partir assez loin d’ici
pas une étoile pour refuge
pas une planète perdue
nulle part assez loin de toi
nulle part assez loin de nous.

3 novembre 2020 - Capbreton

tous droits protégés Olivier Deck © Sacem

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 06/11/2020