S'il faut rêver


Nos deux peaux autour de minuit
ne sont enfin plus qu’une peau
une même cabane
loin des bruits de la ville

Au creux des draps, nuit après nuit
rejoindre ensemble notre camp
allumer entre nous
comme un feu de bivouac

Juste à l’aplomb de cette lune
juste en plein centre de ce monde
quelque part, nulle part
et partout à la fois


S’abandonner à l’harmonie
de nos deux êtres réunis
laisser filer le temps
et croire à l’infini

S’il faut rêver, rêver de toi
pour ne pas délier l’accord
des souffles et des corps, des âmes enlacés

Juste à l’aplomb de cette lune
juste en plein centre de ce monde
quelque part, nulle part
et partout à la fois


Sentir battre contre mon coeur
doucement ton coeur apaisé
voyageur immobile,
dormir tout près de toi

Sans dormir vraiment, d’un seul oeil
tel un capitaine céleste
veillant toute la nuit,
veillant sur ton sommeil

Juste à l’aplomb de cette lune
juste en plein centre de ce monde
quelque part, nulle part
et partout à la fois.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : 09/11/2020