Je t'écris

 

 

De l’autre côté du silence
à l’autre bout de la distance
sur l’autre rive de l’absence
Je t’écris. Je t’écris.

Je t’écris pour te sentir en moi
je modèle l’argile des mots
pour te toucher en moi
pour respirer ton souffle
pour que mes yeux
trouvent tes yeux.

Mon poème
est un chant
lancé dans l’absence.

Mon poème
est une lettre
envoyée dans la distance.

Mon poème
est un cri
poussé dans le silence.

Chaque mot,
une colombe
envoyée vers toi.

De l’autre côté du silence
je murmure pour que le silence
ne soit pas mon linceul.

A l’autre bout de la distance
je marche pour que la distance
ne soit pas ma sépulture.

Sur l’autre rive de l’absence
je prie pour que l’absence
ne soit pas ma sentence.

Les yeux fermés devant le jour
je vois ton visage
je le prends dans mes mains
tel vaste paysage
et je murmure ton prénom.

Les yeux fermés devant le jour
je vois tes épaules
je les prends dans mes mains
telles petites pommes
et je murmure ton prénom.

Les yeux fermés devant le jour
je vois tes seins
je les prends dans mes mains
telles collines enneigées
et je murmure ton prénom.

Les yeux fermés devant le jour
je vois ton ventre
et j’y pose mes mains
pour dire une promesse.

J’écris pour t’accueillir
au creux de la solitude.

J’écris parce qu’il n’y a plus que ça
pour être en compagnie
de toi en moi
et pour ne pas errer
pareil à une ombre
au milieu des vivants
je t’écris, je t’écris.

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire