Textes indédits

Certaines situations se prêtent à l'écriture ...

Grandir, variation #140718

Par Le 15/07/2018

Grandir variaiton #140718

P. variation #140718

 

Photopoésie #180619

Par Le 20/06/2018

Diptyque #180619

Es-tu encore le printemps, l’oiseau, le songe?
Es-tu encore capable de t’en aller d’ici?

 

 

Rêverie

Par Le 20/05/2017

 

Rêverie

Il y a ces moments de silence, où son regard s’envole. L’enfant s’absente. Il voyage à l’intérieur de lui-même. Il navigue loin d’ici. Il est lancé dans une chevauchée fantastique à travers les steppes où sont enfouis les trésors de l’avenir. Il  vogue vers les archipels inconnus, il cherche la route des Indes, du Japon, de la Soie. La route de soi. Il est Merlin, Lancelot du Lac, Luc Skywalker, Harry Potter, Frodon Saquet. Christophe Colomb, il lance sur l’eau du lavoir ses caravelles de papier. Offert à la rêverie, de songe en songe, il devient lui-même. Laisse-le. Surtout ne le dérange pas. Il grandit.

Le réel poétique

Par Le 03/05/2017

La Poésie n’est pas hors du monde. Elle est à son secret. Réalité latente au coeur de la vie manifeste. Elle gite dans la part insaisissable du réel. Réelle comme la pensée est réelle, comme l’intuition est réelle, comme l’imagination est réelle. Au cœur de nous, elle n’est pas immatérielle, mais déclinaison extrême d’une énergie électro-chimique à l’œuvre dans notre cerveau, phénomène que les scientifiques ont autant de mal à expliquer que les poètes, dans des termes et selon des connaissances beaucoup plus complexes. Le poète ne se fie pas au théorème, à la loi, à la théorie. Il est artiste et l’artiste prend parti. Comment? Il respire. Il se laisse traverser par le souffle l’Univers. Il pense et invente au gré de ses divagations, et s’adonne à créer des variantes du possible, à l’infini.

L'incertain

Par Le 01/05/2017

L’incertain, c’est ma seule certitude. Mon chemin de tous temps à jamais. Mon premier choix d’une vie en équilibre sur le fil du destin, fragile, qui menace de rompre à chaque instant. Qu’elle soit précaire, la vie, imprévisible, jamais comme je l’attends. Je ne battrai pas en retraite, j’irai jusqu’au bout sans savoir où je vais. Voyager sans feuille de route, sans plan de carrière, sans recommandations. Naviguer à vue. Sextant, boussole et cartes imprécises. Lire les étoiles, déchiffrer la galaxie. Et puis n’y tenant plus, improviser l’itinéraire. Me tromper, m’égarer et découvrir quand même un archipel inattendu. Laisser le souffle monter de la terre, passer à travers le coeur, indiquer le chemin. La vie sera poétique ou elle ne sera pas. Elle est frappée de périls, alors il faut courir le risque avec la peur aux tripes et le verbe entre les dents, mais avec joie, tu comprends ça? Avec joie. Choisir le doute sans aucun doute. Ne pas savoir de quoi demain sera fait, ne pas vouloir savoir. On verra bien. En avant! En avant! J’ai l’âme bohémienne et le coeur en partance toujours pour l’équipée solitaire, le périple intime, l’aventure intérieure. Tu me crois immobile? Je traverse au-dedans les steppes inconnues à pas lent, obstiné, sur les sentiers du songe. La poésie est voie de combat, corps à corps avec l’indicible, empoignade avec l’éternité. Un vertige, un sacrifice, une fugue infinie. Tu ne sais jamais où elle t’emmène mais tu vas avec elle. Vaille que vaille. Sans poser de questions. L’incertain comme certitude, la précarité pour devise. Que sans cesse l’équilibre chancelle. Que le sol se dérobe. Que la lumière hésite. La seule chose qui soit sûre, c’est la mort. Alors en avant! En avant! Tu vas vers elle le regard droit, et c’est comme ça que tu vis. De chaque instant faire un poème. De tout ce qui advient. De mon amour, de mon chagrin, de ma colère, de mes victoires et de mes effondrements. Sans savoir de quoi demain sera fait. Il sera fait de ce que j’en ferai. Poétiser, matin, midi, soir, nuit. Et que chaque poème soit comme le dernier.

Débâcle

Par Le 27/04/2017

 

Le ciel s’effondrera. Le monde s’effondrera et tu seras enseveli dans les décombres de toi-même. Parce que tu t’es trompé. Tu crois que la Poésie est un hobby, un passe-temps, cerise sur ton gâteau d’orgueil et d’argent, un divertissement des heures creuses. Tu crois que le poème est à l’écart de ton histoire, à l’écart de ta survie, à l’écart du sourire de tes enfants et tu te fourvoies dans les boues de cette erreur, de tes vanités, tes appétits de pouvoir et de certitudes, tes pensées ordinaires, tes actes inutiles, tes orgies de prime time, de faux sourires, de faux seins, de faux culs, de faux nez. Tu ne sais plus rien, tu ne sais même plus parler. Ta pauvre langue est réduite au strict nécessaire oh, pour passer à la caisse, il suffit de peu de mots. On a fait de toi un vulgaire chaland, un galérien qui rame vers le néant, un esclave enchaîné à l’idée d’un fallacieux bonheur, un imbécile qui se croit heureux. Tu ne veux pas savoir. La Vérité ne t’intéresse pas. Bien sûr, tu ne crois pas ce que je dis, moi, le troubadour, le saltimbanque. On t’as fait croire qu’il ne faut pas y croire. Les apôtres en costard et discours, les princes, les marquis, les seigneurs qui te leurrent avec leur panoplies de démocrates. Chantres de la médiocrité, goinfres affamés d’infamie, ils affament ton âme et elle devient vorace, goulue, elle s’empiffre, regarde-toi, satisfait de ta vie en mangeant des pop-corn devant les matchs, les pubs, les spots. Qu’est-ce qu’un monde où l’on rit de Rimbaud et s’ébaudit de Baudelaire? Qu’est-ce qu’un monde où l’on oublie Appolinaire? Ou va l’humanité quand elle ignore que la Poésie est chant fondamental, souffle du centre de l’Univers et de toutes choses? Le poète est un passeur, interprète des partitions cachées du sens, sculpteur de l’indicible, conteur des légendes enfouies, chanteur des musiques tues et des silences sonores. Sa demeure est au centre des choses. Il est le gardien farouche et obstiné. Les Anciens le savaient qui de Grèce au Japon, des territoires Apaches aux confins de l’Afrique, du grand nord des Inuits au grand sud des Aborigènes, de Sibérie aux Hébrides et de la Chine aux Andes ont raconté la Légende par le chant et les vers. Et au travers de la Légende nous parvient le souffle primordial, l’alerte pour la nuit des temps, cante jondo des galaxies. Et toi, lardé de vanités, précipité dans une chute fatale, tu crois voler vers l’embellie. Regarde, déjà tes ailes sont incapables de battre. Tu cours à ta perte et ce monde avec toi. Parce que dans l’oubli du Poème, dans le mépris du chant profond, toute civilisation est vouée à la débâcle.

Petit garçon

Par Le 30/06/2016

I.

Depuis que je suis enfant, je connais le nom de la bombe qui a ravagé Hiroshima. Little boy, petit garçon. Quelle ironie ! Donner un prénom à une bombe atomique est déjà une drôle d’idée, mais Little boy relève d’une incroyable légèreté. Serait-ce une résurgence du flot de toute puissance qui irrigue l’âme des enfants? On dirait aussi une plaisanterie de soldat. C’est donc un petit garçon qui dévasta Hiroshima le matin du 6 août 1945, à huit heures, seize minutes et deux secondes. On apprend un mot, à Hiroshima : hypocentre. Le point où la bombe explosa. Où plus précisément, son aplomb, parce que le point initial du désastre se situe dans le ciel, à cinq-cent quatre-vingts mètres d’altitude. Juste au-dessus de l'hôpital Shima. C’est là-haut, comme l’annonçait la funeste réclame des Américains auprès de la population japonaise, que l’Homme retourna contre l’Homme l’énergie du soleil. Hypocentre. Là-haut que le contrat de confiance entre l’Homme et lui-même, s’il existât jamais, serait-ce sous forme d’espoir, fut rompu à jamais. Ce jour d’avril, je marche dans le parc du Mausolée de la Paix. Le ciel est vide. Le soleil tombe tout droit des hauts d’avril, invitant les cerisiers à déployer leur fleuraison. Le printemps récite une nouvelle fois le poème de l’éternel et de l’éphémère, marqué de temps en temps par une cloche de bronze qui cogne le silence avec douceur. Un groupe de jeunes, habillés à la mode gothique, s’arrête devant le dôme de Genbaku, resté debout après la déflagration. Ils ne disent rien. Je les observe, puis j’observe les ruines, avant de passer mon chemin. Plus loin, je m’attarde un instant devant la flamme du cénotaphe. Le feu dévastateur devenu symbole de vie. J’ai l’impression de me recueillir devant la tombe de l’Humanité.

&

II.

Dès que j’entre dans le musée, le bruit de la bombe me saisit. Un roulement d’orage continu. Sombre, guttural, perdu au fond de la poitrine du temps. Le grondement de colère d’un dieu. Un film rejoue l’explosion ad libitum. Sur le grand écran, le champignon atomique s’élève dans le ciel. Je vois toujours l’explosion d’Hiroshima pour la première fois. Rien ne vient à bout de mon étonnement. Du désir de croire que ce n’est pas vrai. Or le film est là pour dire la vérité. Montrer ce qui fut. En attester. Demander que cela ne recommence pas. Cette imploration semble émaner d’ailleurs, d’un en-dehors de l’Homme. Tout être humain sincère sait que cela peut recommencer. Puisque cela fut. Une fois suffit. L’ambivalence est au coeur de ce monde, et l’humanité est de ce monde. Je tremble encore au feulement de l’explosion. Puis, suivant la foule des visiteurs, je me laisse porter plus loin, partagé entre la fascination et l’effroi. Impossible de retenir mes larmes. Derrière les vitrines, les restes du bombardement. Les reliques. D’épaisses poutres d’acier, celles du pont Aioi, qui fut le repère de tir. Tordues comme des carambars restés au soleil. Des chemises, des pantalons, des robes, brûlés, déchiquetés. Des poupées. Des lunettes. Des sandales. Je sens monter en moi une émotion partagée entre la frayeur et la familiarité. Je sais depuis longtemps qu’un jour, je me trouverais ici, à Hiroshima. Un instant, je songe à sortir, courir, fuir. Un nouvel écran me retient. Le président Truman annonce à la télévision que les Etats-unis ont utilisé une bombe atomique sur la ville d’Hiroshima. Une première.

&

III.

Soudain, je saisis les résonances avec cet acmé de l’horreur. Je comprends pourquoi je tremble, pourquoi je pleure et pourquoi, dans une sorte de mouvement contraire, je suis attiré, fasciné par le désastre. L’évidence apparaît d’un coup, telle une révélation. Satori à Hiroshima. Cela surgit au moment où je découvre deux maquettes de la ville, en août 1945. Chacune doit mesurer environ deux mètres de diamètre, sous une bulle de plexiglass. Celle de gauche reproduit la zone de l’hypocentre au soir du 5 août. Les maisons de bois, les ruelles, les passants, l’activité des commerçants, des porteurs à pied, à vélo, tirant ou poussant des carrioles. On imagine le bruissement de la vie, assombri par l’inquiétude et les contraintes de la guerre. Il y a quelque chose du bonheur qui résiste, dans l’effervescence que ces figurines de quelques centimètres de haut ne parviennent pas à figer. La deuxième maquette, à droite, représente le même lieu, au matin du 6 août. Une nuit a passé. Une nuit bourrée d’étoiles, de rêves et d’espoir. La voici, la dévastation. Je suis pétrifié devant cette vision du ravage. Dans le même temps je comprends pourquoi, depuis ma tendre enfance, la puissance extraordinaire de la bombe me fascine, m’interroge, m’interpelle. Bien sûr que je pense à l’humanité, à cette souffrance sans mesure infligée au peuple japonais, aux innocents, aux passants, aux vieillards, femmes, enfants, artisans, fonctionnaires… mais cette empathie est complexe, elle possède en moi des racines anciennes. Ce dont je ne me souviens pas, c’est ça. Ce qu’ils ont connu à l’échelle d’une ville. La dévastation. Je lève les yeux, et dans le trouble des larmes je regarde, accrochée en hauteur, la reproduction grandeur nature de la bombe. Little boy. Quelle ironie! L’engin semble archaïque, comme dessiné par Hergé. On sourirait presque. C’est insoutenable. Je dois sortir de ce musée. Partir. Rentrer chez moi.

&

LES POULES

Par Le 18/06/2016

 

Les enfants voulaient des poules. Des gasconnes, noires à crête rouge. Ils réclamaient aussi un coq, pour voir naître des poussins. Je leur ai fait promettre qu’ils s’en occuperaient. Bien entendu, ils n'allaient pas tenir leur promesse, je savais qui allait s’occuper des quatre poules et du coq. Nous avons construit un poulailler. Enfin, Josette et Jeannot s’y sont collés pour meubler gentiment leur retraite, comme d’habitude. Je tiens tout bricolage à distance, pour ne pas dire en horreur. Depuis le début du printemps, tous les jours, les poules pondent trois ou quatre oeufs. Parfois un ou aucun. Au retour de l’école, les garçons sautent de la voiture et courent jusqu’au poulailler en se chamaillant pour ramasser la ponte. Un soir, une poule est restée au nid. Elle couvait trois oeufs, les siens et celles des copines. On l’a laissée faire. Le jour suivant, je lui ai ajouté deux oeufs, elle les a acceptés en bonne mère poule. Vingt-et-un jours plus tard, quatre poussins sont nés. Des petites boules de duvet noir, avec le cul blanc. Les garçons étaient ravis. Le lendemain, deux poussins sont passés sous le grillage et les chiens les ont tués. D’aucuns considéreraient l’épisode traumatisant. Moi, que les chiens tuent les poussins en s’amusant, je trouve ça très riche sur le plan éducatif. La vie à la campagne, avec des animaux, permet d’éprouver la réalité et de comprendre qu’elle n’a rien à voir avec ce qu’en disent les programmes et les documentaires qui font croire aux gosses que la nature est idyllique et que les animaux sont gentils. Ils ne sont ni gentils ni méchants, la question n’est pas là. On ne peut penser la culture sans accepter l’idée que la destruction est à l’oeuvre au coeur même de la vie. Les poussins ne se sont pas envolés au ciel, ils sont morts. Quand je dis à mes petits garçons que leur grand-père est parti au ciel, ils pensent qu’il est pilote de ligne ou cosmonaute. Moi, je préfère qu’ils sachent que leur grand-père est mort. Mort de chez mort, comme ils disent. Ou trop mort, ce qui est un comble. Un jour, je mourrai moi aussi. Et eux aussi, ils mourront. Elle est là, la seule vérité qui compte.

LES BOUTIQUES

Par Le 15/06/2016

Biarritz. Les Colonnes. Mardi 14 juin 2016.

Elle voulait venir à Biarritz pour faire les boutiques. Je l’ai accompagnée. ça partait d’un bon sentiment, mais les boutiques, moi, je ne peux pas. Alors on s’est séparés, parce que de me sentir traîner derrière elle comme un chien qui s’ennuie, ça l’énervait. Nous sommes passés devant une librairie. « Achète-toi un bouquin et attends-moi aux colonnes, » m’a-t-elle dit en s’éloignant. Pour une fois j’étais sorti avec elle sans mon sac, mes carnets, mon appareil photo. C’est rare mais là, je voulais lui faire plaisir en l’accompagnant dans les magasins de fringues. Une fois sur place, j’ai senti que c’était vraiment au-dessus de mes forces. J’avais envie d’être seul, de rêvasser, d’écrire. J’ai déambulé entre les tables chargées de bouquins sans m’arrêter devant le gros tas de romans qui ne m’intéressent pas. Je me suis dirigé vers les beaux livres, j’avais envie de voir des images. Je ne sais pas pourquoi, j’ai senti que sur une table, à droite, un ouvrage guignait. Je m’en suis approché. Une nouvelle édition des poésies de Carver. Les livres sont vivants, ils parlent, ils interpellent, ils savent se manifester. La plupart des livres importants, je les ai trouvé de cette façon, on s’est rencontrés. Je saisis le Carver, éprouve le papier de la couverture, soignée, avec rabat. Lui et moi, on se connaît depuis longtemps. J’ai acheté un recueil pour la première fois à Pau, il y a vingt-cinq ans. J’avais entendu la lecture d’un extrait à la radio, et aussitôt filé dans la première librairie. Il y a belle lurette qu’on se cause, Carver et moi. Sa lecture me renforce, m’encourage, me pousse en avant, me donne envie d’écrire. J’achète le livre et me voici aux Colonnes, où je commande un thé vert. Je lis. Au bout d’une dizaine de pages, ça ne loupe pas, l’énergie monte en moi. L’envie de m’y mettre. Ecrire. Je fouille dans mes poches, y trouve un stylo. A la fin du livre, il y a des pages blanches. Sans doute à cause du nombre de cahiers, une histoire technique, d’imprimeur et de taille de feuille de papier. Ou bien, c’est moins probable mais je préfère y croire, l’éditeur a laissé des pages blanches parce qu’il se doutait que ces poèmes donneraient envie d’écrire à un type, un jour, sur la terre. Ce jour, c’est aujourd’hui. Et le type en question, c’est moi. J’écris. Elle est dans les boutiques et  je souhaite maintenant qu’elle y passe beaucoup de temps.

En sortant de l'école

Par Le 01/01/2015

&

(à Ludo)

L'enfance n'est pas la source de l'art. Non, tout commence bien avant, dans la nuit de l’Univers. A l’enfance, l'eau sort de la montagne. Résurgence. On sent que Tout est là. Tout, sans comprendre ce qu’est ce Tout, mais sachant qu’il est le Tout. L’être est là, comme la fleur dans le bourgeon. Ce matin de premier janvier, j’ai fait écouter la chanson de Prévert et Kosma à mes fils. En sortant de l’école… un ami m’a fait remarquer, sur le Net, que j’avais intitulé une photographie « En sortant de l’école ». J’avais inconsciemment repris le titre de la chanson. Ce sera désormais le titre de mes photographies sur l’enfance de mes enfants. Le propre d’un ami, c’est de savoir vous atteindre en plein coeur. Les lumières de la petite école, près du gave, se sont allumées au fond de moi. Je suis tout entier dans cette chanson, que la maîtresse nous avait fait écouter. Nous l’avions apprise, nous la savions par coeur, c’était une ivresse de chanter au rythme d’une petite locomotive. Ce rythme entraînant, il ne venait pas simplement de la musique, je le possédais, il venait se poser, épouser mon rythme intérieur. On sent la vie qui prend son allure, quand on a huit ans. Ce rythme, c’était celui de la vie elle-même, celui de l’espoir, celui de cette joie non dénuée de crainte qui donne sa cadence profonde au mouvement en avant. En avant, en avant!  criait Fébus du haut la tour de son château. Adelante! Je comprends, à la charnière des ans, combien la ritournelle du poète virevolte encore au fond de moi, combien je suis tout entier dans cette chanson. Je l’apprendrai, à la guitare, pour la chanter avec mes enfants. Pour que le train continue de caracoler parmi les fleurs et les larmes, qu’il continue de nous emmener tout autour de la terre dans ses wagons dorés, qu’il continue de les emmener, quand je ne serai plus à bord. Qu’il continue de les emmener, eux, et les passagers qu’ils inviteront à monter, ainsi de suite, jusqu’à la fin des temps. A pied, à ch’val, en voiture, et en bateau à voile.

&

La vie sauvage

Par Le 25/11/2014

Nous allions souvent à la montagne, avec les copains. Là-haut, j’ai reçus les leçons de la plus élémentaire des écoles élémentaires… l'école des éléments. J’ai appris à aimer la vie fruste, primitive. Ce qu’aujourd’hui je nomme la vie sauvage, de cette sauvagerie que je recherche dans mes images et dans mon écriture. Le feu, le bois, l’eau, la roche, le ciel. J’ai appris à lire les cartes, à consulter les boussoles, à préparer mon sac, choisir le bon endroit pour installer le bivouac, surveiller le temps, faire le bois et allumer le feu, creuser des rigoles afin de prévenir l’inondation de la tente. J’ai connu les orages, les tempêtes, les jours de canicule, la piqûre de taons au soleil, et des moustiques sous la lune. L’odeur du buis, qui rappelle celle de la pisse de chat, le parfum des jours de fenaison.

&

Un jour, le ciel était menaçant, nous devions trouver une endroit pour camper. il y avait une clairière près du torrent. Il fallait obtenir l’autorisation du propriétaire, un fermier qui nous reçut de méchante humeur. Il nous rabroua, pas le temps, va faire mauvais, faut rentrer le foin. Alors nous lui avons proposé de l’aide. Nous sommes allés sur les prairies en pente, avons rassemblé les andins, puis les avons chargés sur la remorque. Le fermier conduisait le tracteur. Comme je maniais la fourche avec aisance, il l’a remarqué et m’a adressé un compliment. J’avais appris avec Basile, mon grand-père. L’oeil exercé du paysan ne s’y était pas trompé. A compter de là, il m’a eu à la bonne. Nous avons rentré le foin au sec et il s’est rasséréné. Il nous a offert un verre de vin rouge, nous avons échangé trois mots en gascon, ce fut l’instant décisif. Il nous a donné l’autorisation de camper chez lui. L’orage a éclaté plus loin. Nous entendions ses grondements et nous voyions les éclairs fendre la nuit comme des sabres.

&

Le lendemain, nous avons remonté le cours du torrent, puis celui d’un petit affluent qui conduisait à un haut plateau, sous de hautes falaises grises qui semblaient tenir le ciel redevenu bleu pur, lavé par l’orage. Venant des roches, le ruisseau serpentait entre les herbes. Nous avons pêché des truites, à la main. Des petites farios au ventre jaune tacheté. Le soir, de retour au campement, nous les avons grillées sur le feu, au bout de piques de noisetier. Et puis, fumant des cigarettes, les yeux dans les flammes, nous avons chanté et nous nous sommes racontés des histoires. Nous parlions de la vie comme on en parle à seize ans au bivouac. Les yeux pleins de flammes.