ACTUS

Dans ACTUS

Printemps des poètes

Par Le 08/04/2021

 

Lai du chèvrefeuille

Printemps des poètes 2021

Les élèves de la classe de 4B du collège Les Tilleuls, à Annecy

sous la houlette de Stéphanie Giron leur professeur, et de moi-même

ont remporté le Coup de coeur "collège" du Printemps des poètes 2021

(400 poèmes en lice!)

avec leur réécriture du fameux Lai du chèvrefeuille de Marie de France (XIIe)

BRAVO à tous les poètes en herbe!

Dans ACTUS

L'envers de la lumière

Par Le 14/03/2021

 

nouveau livre

L'ENVERS DE LA LUMIÈRE EN LIBRAIRIE

ou sur commande ici

 

15 euros (prix public) l'exemplaire signé, participation au port 2,50 euros, envoi le jour-même, paiement en ligne sécurisé

 

L'ENVERS DE LA LUMIÈRE

notes sur la photographie

aux Éditions CONTREJOUR

sortie en librairie le 10 janvier 2021

Il s'agit d'un élégant carnet 12x18, couverture avec rabats, avec un cahier de 15 images en bichromie, à glisser dans la poche...

 

commander directement contact, paiement sécurisé en ligne

15 euros ( ce sera le prix public)

exemplaire signé par l'auteur et envoyé sous enveloppe-bulles (participation 2,50 euros)

 

LIRE LA CHRONIQUE DE FABIEN RIBERY SUR SON BLOG "L'INTERVALLE"

 

 

PRÉSENTATION DE L'ÉDITEUR :

Ce recueil est issu des carnets quotidiens d’Olivier Deck, dans lesquels il mène une réflexion au long cours sur sa propre pratique photographique, considérée comme un moyen privilégié de vivre poétiquement sa vie. Où qu’il se trouve, l’espace immédiat - ce qui est là - lui offre sa matière brute. La nature, les êtres et les choses. L’ensemble réunit deux textes qui posent des mots pour dire une approche intuitive, élaborée depuis l’adolescence de façon empirique, en autodidacte. L’auteur a reçu son premier appareil photo à l’âge de treize ans.

Le premier texte, L’envers de la lumière, explique comment la photographie ne rend pas le visible, mais rend visible. Elle révèle ce qui ne se voit pas de prime abord, débusque la photogénie là où elle ne se donne pas pour évidente. Interrogeant le visible, elle offre un miroitement des sentiments du photographe.

Le deuxième texte, Le vagabond des intervalles, puise à la source extrême-orientale et à la pensée liée à la voie du combat (Budô) dont l’auteur est adepte depuis son jeune âge. Il s’agit d’une réflexion sur l’espace photographique au regard de la notion japonaise de ma, que l’on traduit imparfaitement par « intervalle ». Le ma est présentée ici comme un espace de pensée photographique et une pensée de l’espace photographique.

Ces textes, où la parole est affirmée à la première personne, se veulent le reflet d’une expérience personnelle sur une approche photographique qui passe en marge des courants et des modes dans le panorama contemporain. Une approche qui se revendique comme un moyen au service d’une pratique existentielle, spirituelle, reflétant une pensée poétique en marche.

Un cahier de 16 photographies imprimées en bichromie vient illustrer et soutenir le propos de l’auteur.

Olivier Deck.

Né en 1962. Photographe, écrivain, poète, peintre et musicien (auteur compositeur, guitariste-chanteur), il consacre sa vie à la création artistique, considérant l’ensemble de ses pratiques comme les sentiers menant au sommet d’une même montagne. Depuis une dizaine d’années, il développe une oeuvre personnelle exigeante, dans la radicalité du noir et blanc, qui intègre la photographie à la vie elle-même. Les éditions Contrejour ont publié son premier livre de photographie en 2017, une méditation sur l’enfance et le paysage : Un peu plus que la vie. L’ouvrage a été salué par l’ensemble de la presse nationale spécialisée.

 

 

Le début :

" Dans ses carnets de voyage, Matsuo Bashô raconte qu’un jour, franchissant un col qui s’ouvrait sur un vallée baignée de brumes, il fut saisi d’émotion. Il prit place sur un rocher, tira de sa besace encre, pinceau et rouleau de papier sur lequel il composa un poème. Lisant cela, j’ai pensé que si le poète avait disposé à ce moment-là d’un appareil photo, il aurait sans aucun doute "fait" une photographie. J’ai alors compris que si l’on dit communément que photographier signifie "écrire avec la lumière", ce que j’écris avec ma photographie, c’est de la Poésie."

 

Les très belles éditions Contrejour, dirigées par Claude Nori et Isabelle Nori, me font confiance et soutiennent mon approche poétique dans la marge pour la deuxième fois, après le livre de photographie "Un peu plus que la vie" paru en 2017

Nous en reparlerons. Tous renseignements en mp.

Landes, l'étang gelé

 

Dans ACTUS

L'envers, dans Sud-Ouest.

Par Le 11/03/2021

 

L'Envers de la lumière, l'exposition du CAC dans Sud-Ouest

errata : je vis dans les Landes oui, mais seul et non avec ma famille. Et mon dernier livre de photographie est L'Envers de la lumière, Contrejour 2021.

Sud-Ouest L'envers... 110321

Dans ACTUS

L'envers, par Fabien Ribery

Par Le 02/02/2021

 

LIRE LA BELLE CHRONIQUE DE FABIEN RIBERY SUR SON BLOG "L'INTERVALLE"

PHOTO-DO, LA VOIE DE LA LUMIÈRE

Dans ACTUS

L'Envers de la lumière, à paraître chez Contrejour !

Par Le 27/07/2020

A paraître!
L'ENVERS DE LA LUMIÈRE
notes sur la photographie
aux Éditions Contrejour
sortie 19 janvier 2021
Il s'agit d'un élégant carnet 12x18, couverture avec rabats, avec un cahier de 16 images en bichromie, à glisser dans la poche...
 
 
PRÉSENTATION DE L'ÉDITEUR :
Ce recueil est issu des carnets quotidiens d’Olivier Deck, dans lesquels il mène une réflexion au long cours sur sa propre pratique photographique, considérée comme un moyen privilégié de vivre poétiquement sa vie. Où qu’il se trouve, l’espace immédiat - ce qui est là - lui offre sa matière brute. La nature, les êtres et les choses. L’ensemble réunit deux textes qui posent des mots pour dire une approche intuitive, élaborée depuis l’adolescence de façon empirique, en autodidacte. L’auteur a reçu son premier appareil photo à l’âge de treize ans.
Le premier texte, L’envers de la lumière, explique comment la photographie ne rend pas le visible, mais rend visible. Elle révèle ce qui ne se voit pas de prime abord, débusque la photogénie là où elle ne se donne pas pour évidente. Interrogeant le visible, elle offre un miroitement des sentiments du photographe.
Le deuxième texte, Le vagabond des intervalles, puise à la source extrême-orientale et à la pensée liée à la voie du combat (Budô) dont l’auteur est adepte depuis son jeune âge. Il s’agit d’une réflexion sur l’espace photographique au regard de la notion japonaise de ma, que l’on traduit imparfaitement par « intervalle ». Le ma est présentée ici comme un espace de pensée photographique et une pensée de l’espace photographique.
Ces textes, où la parole est affirmée à la première personne, se veulent le reflet d’une expérience personnelle sur une approche photographique qui passe en marge des courants et des modes dans le panorama contemporain. Une approche qui se revendique comme un moyen au service d’une pratique existentielle, spirituelle, reflétant une pensée poétique en marche.
Un cahier de 16 photographies imprimées en bichromie vient illustrer et soutenir le propos de l’auteur.
Olivier Deck.
Né en 1962. Photographe, écrivain, poète, peintre et musicien (auteur compositeur, guitariste-chanteur), il consacre sa vie à la création artistique, considérant l’ensemble de ses pratiques comme les sentiers menant au sommet d’une même montagne. Depuis une dizaine d’années, il développe une oeuvre personnelle exigeante, dans la radicalité du noir et blanc, qui intègre la photographie à la vie elle-même. Les éditions Contrejour ont publié son premier livre de photographie en 2017, une méditation sur l’enfance et le paysage : Un peu plus que la vie. L’ouvrage a été salué par l’ensemble de la presse nationale spécialisée.
 
 
Le début :
" Dans ses carnets de voyage, Matsuo Bashô raconte qu’un jour, franchissant un col qui s’ouvrait sur un vallée baignée de brumes, il fut saisi d’émotion. Il prit place sur un rocher, tira de sa besace encre, pinceau et rouleau de papier sur lequel il composa un poème. Lisant cela, j’ai pensé que si le poète avait disposé à ce moment-là d’un appareil photo, il aurait sans aucun doute "fait" une photographie. J’ai alors compris que si l’on dit communément que photographier signifie "écrire avec la lumière", ce que j’écris avec ma photographie, c’est de la Poésie."
 
Les très belles éditions Contrejour, dirigées par Claude Nori et Isabelle Nori, me font confiance et soutiennent mon approche poétique dans la marge pour la deuxième fois, après le livre de photographie "Un peu plus que la vie" paru en 2017
Nous en reparlerons. Tous renseignements en mp.
 
Couverture lenvers lumiere o deck
 
 
 
Landes, l'étang gelé
 
Le début :
" Dans ses carnets de voyage, Matsuo Bashô raconte qu’un jour, franchissant un col qui s’ouvrait sur un vallée baignée de brumes, il fut saisi d’émotion. Il prit place sur un rocher, tira de sa besace encre, pinceau et rouleau de papier sur lequel il composa un poème. Lisant cela, j’ai pensé que si le poète avait disposé à ce moment-là d’un appareil photo, il aurait sans aucun doute "fait" une photographie. J’ai alors compris que si l’on dit communément que photographier signifie "écrire avec la lumière", ce que j’écris avec ma photographie, c’est de la Poésie."
Les très belles éditions Contrejour, dirigées par Claude Nori et Isabelle Nori, me font confiance et soutiennent mon approche poétique dans la marge pour la deuxième fois, après le livre de photographie "Un peu plus que la vie" paru en 2017
Nous en reparlerons. Tous renseignements en mp.
Dans ACTUS

NYMPHÉAS, du nouveau

Par Le 16/05/2019

Nymphéas, variation

NYMPHÉAS, du nouveau

après l'exposition à la galerie Arrêt sur l'image (Bordeaux), en novembre et décembre 2019
les images seront présentées
au LEICA STORE de LILLE
à partir du jeudi 9 janvier 2020

Vendredi 10 janvier 2020,
j'animerai un Atelier photopoétique à LILLE :
LE SENS DE L'IMAGE : penser son projet photographique et savoir en parler...

Après LILLE, l'exposition ira à la GALERIE L'ANGLE à HENDAYE, au printemps 2020.

Le cycle NYMPHÉAS, conversation avec le reflet sur l'étang (hommage à Claude Monet)
fera également l'objet d'un (très) beau livre
chez un nouvel éditeur de photographie (suspens...)
à paraître en novembre 2019.

Qu'on se le dise, qu'on le partage!

Dans ACTUS

Galerie Arrêt sur l'image

Par Le 19/12/2018

Une vraie grande bonne nouvelle... la galerie Arrêt sur l'image, à Bordeaux, dirigée par Nathalie Lamire Fabre, défendra en permanence mon travail à compter de janvier 2019.

Trois images de la série "Un peu plus que la vie" (publication éditions Contrejour) seront disponibles dès le 10 janvier.

Impression piezographie réalisée par le laboratoire de tirage d'art LEBOLABO (Bordeaux), 12x18 sur papier artisanal japonais.

La série les Nymphéas, qui donnera lieu à une publication aux éditions André Frère en 2019, sera présentée pour la première fois à la galerie fin 2019.

VISITEZ LE SITE DE LA GALERIE

Dans ACTUS

A Bordeaux...

Par Le 07/04/2018

L'exposition UN PEU PLUS QUE LA VIE sera accueillie par L'ASCENSEUR VEGETAL à Bordeaux, de mi octobre à fin novembre. Présentation et dédicace du livre éponyme, publié aux éditions Contrejour. Plus d'informations bientôt, mais il est d'ores et déjà temps de cocher les agendas... à suivre. L'organisation est menée de mains de maîtres par "C'est dans la boîte".

On peut encore et toujours commander l'ouvrage, franco de port auprès de l'auteur (contact) ou sur la boutique du site de l'éditeur www.editions-contrejour.com

Un peu plus que la vie, Contrejour (couverture)

Dans ACTUS

UN PEU PLUS QUE LA VIE, commandez le livre dédicacé !

Par Le 05/03/2017

UN PEU PLUS QUE LA VIE
photographies et texte d'Olivier Deck
aux Éditions Contrejour


Magnifique travail d'édition et d'impression
bichromie, 93 pages, 26x21,5, papier mat

Recevez l'ouvrage :


- dédicacé par un dessin original de l'auteur

 

35 euros + 5 euros de participation aux frais de port = 40 euros

envoi sous enveloppe "bulles" de la Poste


ou


- tiré à part (20ex) + tirage numéroté 18x24 sur papier Japon Awagami (250 euros)

 

toutes les informations pour commander directement le livre

par le formulaire "contact"

 

Dans ACTUS

"Un peu plus que la vie" La couverture...

Par Le 25/01/2017

Un peu plus que la vie, Contrejour (couverture)

à paraîte en mars aux éditions Contrejour

pour toute information : contact

Dans ACTUS

"Un peu plus que la vie" un livre chez CONTREJOUR

Par Le 01/12/2016

 

TRES BELLE NOUVELLE !

au printemps 2017

le cycle photopoétique "Un peu plus que la vie"

paraîtra aux éditions CONTREJOUR,

dirigées par Claude et Isabelle Nori, . 

Torse profil

 

Pour tous renseignements utiles,

merci d'envoyer un message par le formulaire de Contact.

Dans ACTUS

EXPOSITION "UN PEU PLUS QUE LA VIE". DAX 03/17

Par Le 03/11/2016

 

"UN PEU PLUS QUE LA VIE" 

méditation poétique sur l'enfance et le paysage

La première exposition de l'ensemble "Un peu plus que la vie" aura lieu à Dax, vernissage fixé au 10 mars 2017. L'exposition intègre le programme des rencontres à lire.

Ce travail photographique, le premier que je montrerai en public, a été suivi par Klavdij Sluban depuis trois ans, et supervisé par Klavdij et Nestan Nijaradze pendant une année, dans le cadre d'une masterclass (Le Masterklass).

"Un peu plus que la vie" est une méditation poétique sur l'enfance et le paysage. Voyage presque immobile autour de chez moi - les Landes - arpentant le dehors ou regardant mes enfants. Ma propre enfance est une histoire d'arbres, de nuages et de rivières, liée aux éléments et à la force primordiale de la nature.

Des images écrites avec une lumière intérieure… et avec l’ombre qui l’accompagne, considérée comme son envers. Au fil des saisons et des errances, j’interroge les éléments, la matière et en elle, l’énergie primordiale qui traverse les êtres et les choses. Au-delà du paysage, c’est le cosmos en chaque éclat de nature. Au-delà de l’enfant, c’est l’être au seuil de son destin, l’humain à l’aube de lui-même.

Le choix du noir et blanc, outre son sens symbolique, répond à une volonté d’épure et de radicalité.

Ces images sont accompagnées d’un texte en vers libres, « Origines », qui évoque les premières années de ma vie, le drame fondateur que fut la mort prématurée de mon père et la voie de salut trouvée dans la nature, la solitude et la création artistique.

PabloTrois pinsGuilhemTaller

 

Dans ACTUS

Question de : à propos du corps et du Budo...

Par Le 22/10/2016

 

J'ai le plaisir d'informer mes lecteur qu'un texte vient de paraître dans la presitigieuse revue Question de, dont le thème général est "Le corps, un exploration de l'infini."

Marc de Smedt m'a offert l'occasion d'évoquer leBudo, au travers de la pratique de l'art du sabre japonais. 

C'est ici : http://www.questionde.com/la-revue/la-revue-question-de/notre-corps/complements-d-enquete/article/le-corps-dans-les-arts-martiaux

Dans ACTUS

LE MASTERKLASS

Par Le 07/07/2016

LE MASTERKLASS

avec Klavdij Sluban et Nestan Nijaradze

Masterklass

En novembre 2013, j'ai participé à un workshop dirigé par Klavdij Sluban, un photographe dont j'admire le talent et le parcours. Cette expérience eut lieu à l'Atelier de Visu, à Marseille. Ce fut le début de la professionnalisation de mon activité d'artiste photographe. Pendant deux ans, j'ai continué mes recherches personnelles, tout en gardant contact avec Sluban, lequel me conseillait de loin en loin. 

En novembre 2015 j'ai commencé à élaborer mon premier projet dans le cadre du Masterklass animé par Klavdij Sluban et Nestan Nijaradze . Le Masterklass propose à un groupe d'une quinzaine de photographes un accompagnement personnalisé sur une année. Les rendez-vous individuels de travail ont lieu une fois par mois, et quatre rencontres pleinières sont organisées dans l'année. Au regard professionnel de Klavdij s'ajoute celui, rompu à la lecture de portfolios, de Nestan. Nous avons parcouru l'ensemble de l'élaboration d'un projet photographique : circonscrire un champ de travail, nourrir un ensemble d'images, approfondir le propos, affiner l'écriture et surtout - c'est la pierre de touche du processus de création - comprendre et maîtriser l'éditing, c'est à dire la sélection des images et leur ordonnancement.

Actuellement, nous abordons la phase finale du travail. Ma série d'images et presque achevée. Le temps est venu de mettre en forme, de parfaire le texte d'accompagnement et de penser à la présentation, puis à la diffusion... 

Ce travail est composée sur un double fil, le paysage des Landes et l'enfance. Il n'a pas encore trouvé son titre définitif, mais je donnerai des informations ici même.

à suivre, donc...