écriture

L'envers de la lumière

 

nouveau livre

L'ENVERS DE LA LUMIÈRE EN LIBRAIRIE

ou sur commande ici

 

15 euros (prix public) l'exemplaire signé, participation au port 2,50 euros, envoi le jour-même, paiement en ligne sécurisé

 

L'ENVERS DE LA LUMIÈRE

notes sur la photographie

aux Éditions CONTREJOUR

sortie en librairie le 10 janvier 2021

Il s'agit d'un élégant carnet 12x18, couverture avec rabats, avec un cahier de 15 images en bichromie, à glisser dans la poche...

 

commander directement contact, paiement sécurisé en ligne

15 euros ( ce sera le prix public)

exemplaire signé par l'auteur et envoyé sous enveloppe-bulles (participation 2,50 euros)

 

LIRE LA CHRONIQUE DE FABIEN RIBERY SUR SON BLOG "L'INTERVALLE"

 

 

PRÉSENTATION DE L'ÉDITEUR :

Ce recueil est issu des carnets quotidiens d’Olivier Deck, dans lesquels il mène une réflexion au long cours sur sa propre pratique photographique, considérée comme un moyen privilégié de vivre poétiquement sa vie. Où qu’il se trouve, l’espace immédiat - ce qui est là - lui offre sa matière brute. La nature, les êtres et les choses. L’ensemble réunit deux textes qui posent des mots pour dire une approche intuitive, élaborée depuis l’adolescence de façon empirique, en autodidacte. L’auteur a reçu son premier appareil photo à l’âge de treize ans.

Le premier texte, L’envers de la lumière, explique comment la photographie ne rend pas le visible, mais rend visible. Elle révèle ce qui ne se voit pas de prime abord, débusque la photogénie là où elle ne se donne pas pour évidente. Interrogeant le visible, elle offre un miroitement des sentiments du photographe.

Le deuxième texte, Le vagabond des intervalles, puise à la source extrême-orientale et à la pensée liée à la voie du combat (Budô) dont l’auteur est adepte depuis son jeune âge. Il s’agit d’une réflexion sur l’espace photographique au regard de la notion japonaise de ma, que l’on traduit imparfaitement par « intervalle ». Le ma est présentée ici comme un espace de pensée photographique et une pensée de l’espace photographique.

Ces textes, où la parole est affirmée à la première personne, se veulent le reflet d’une expérience personnelle sur une approche photographique qui passe en marge des courants et des modes dans le panorama contemporain. Une approche qui se revendique comme un moyen au service d’une pratique existentielle, spirituelle, reflétant une pensée poétique en marche.

Un cahier de 16 photographies imprimées en bichromie vient illustrer et soutenir le propos de l’auteur.

Olivier Deck.

Né en 1962. Photographe, écrivain, poète, peintre et musicien (auteur compositeur, guitariste-chanteur), il consacre sa vie à la création artistique, considérant l’ensemble de ses pratiques comme les sentiers menant au sommet d’une même montagne. Depuis une dizaine d’années, il développe une oeuvre personnelle exigeante, dans la radicalité du noir et blanc, qui intègre la photographie à la vie elle-même. Les éditions Contrejour ont publié son premier livre de photographie en 2017, une méditation sur l’enfance et le paysage : Un peu plus que la vie. L’ouvrage a été salué par l’ensemble de la presse nationale spécialisée.

 

 

Le début :

" Dans ses carnets de voyage, Matsuo Bashô raconte qu’un jour, franchissant un col qui s’ouvrait sur un vallée baignée de brumes, il fut saisi d’émotion. Il prit place sur un rocher, tira de sa besace encre, pinceau et rouleau de papier sur lequel il composa un poème. Lisant cela, j’ai pensé que si le poète avait disposé à ce moment-là d’un appareil photo, il aurait sans aucun doute "fait" une photographie. J’ai alors compris que si l’on dit communément que photographier signifie "écrire avec la lumière", ce que j’écris avec ma photographie, c’est de la Poésie."

 

Les très belles éditions Contrejour, dirigées par Claude Nori et Isabelle Nori, me font confiance et soutiennent mon approche poétique dans la marge pour la deuxième fois, après le livre de photographie "Un peu plus que la vie" paru en 2017

Nous en reparlerons. Tous renseignements en mp.

Landes, l'étang gelé